JDI L'IMMOBILIER À FRAIS RÉDUIT
29 nov

Que pensent les acheteurs de votre maison en vente dans le Val-d’Oise ?

149©-Danielle-Bonardelle-copy

Vous avez une maison à vendre dans le Val-d’Oise ? Êtes-vous au courant : il semblerait que les acheteurs trouvent moins facile d’acheter aujourd’hui qu’il y a six mois et soient moins enclins à le faire. Le courtier Cafpi a en effet demandé à L’IFOP de réaliser une enquête sur le moral des acheteurs. Ce qu’il faut noter : c’est que si dans l’ensemble les professionnels sont optimistes (82%) sur l’avenir du marché, la confiance des ménages diminue elle : 48 % des sondés considèrent que nous sommes encore en pleine crise. Cela peut sembler beaucoup, mais ils étaient 57 % en février dernier et 65 % en juin 2016. Concernant l’immobilier, les sondés ne sont que 34% à penser qu’il est facile d’acheter actuellement un logement, contre 40% six mois plus tôt. Dès lors, 62 % n’envisage pas d’acheter de l’immobilier.

Ce qui les freine à acheter ?
Le montant des frais de notaire (pour 67 % des sondés). À cela s’ajoute la lente réactivité des banques. Et enfin, à la question : pensez-vous avoir actuellement les moyens financiers suffisants pour acquérir un bien immobilier, que ce soit en finançant vous-même la totalité de cet achat ou en ayant recours à un prêt ? 61 % ont répondu non contre 45% il y a six mois. Ce qui coince ? Les acheteurs ressentent confusément un changement de conjoncture, avec des taux en hausse et des prix plus difficiles à négocier. Et dans ce contexte, les premières mesures de la nouvelle équipe au pouvoir ont été mal accueillies.

Preuve aussi du décalage entre l’action gouvernementale et les attentes des Français, la mesure que ces derniers attendent en priorité : c’est pour 31% des personnes interrogées, de faciliter l’accès au crédit pour les CDD, les personnes en intérim ou les travailleurs- non- salariés. Autant de situations professionnelles précaires que connaissent bien les jeunes, notamment les 25-34 ans. Pourtant, ces derniers affirment toujours leur désir de devenir propriétaires. Dans les mois à venir, ils devront soigner encore plus leurs dossiers auprès des banques. D’où l’importance de savoir se faire épauler.

C.V. / Bazikpress © Danielle Bonardelle

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée