JDI L'IMMOBILIER À FRAIS RÉDUIT
26 fév

Comment réussir l’acquisition d’un bien immobilier dans le Val-d’Oise ?

AdobeStock_72381127

En ce début d’année, les banques font le maximum pour vous séduire. Demande de crédit en berne,  mise en place de nouvelles réformes…, les obligent à rester concurrentielles si elles veulent atteindre leurs objectifs de production de crédits sur 2018. Vous voulez acheter un bien immobilier dans le Val-d’Oise ? C’est le moment d’emprunter ! Toutefois, voici quelques conseils pour bien présenter votre dossier de crédit immobilier à une banque.

Calculez votre capacité d’emprunt
Le taux d’endettement varie d’une banque à l’autre en fonction des dossiers, mais, en règle générale, le montant de l’emprunt ne doit pas dépasser le tiers des revenus nets de l’emprunteur. Avant de signer un compromis de vente, évaluez donc votre capacité d’emprunt.

Il est préférable d’avoir 10% d’apport et un emploi stable
De moins en moins de banques acceptent de financer les dossiers de prêt sans apport personnel. En règle générale, pour que la banque vous fasse confiance, vous devez avoir des économies et en utiliser une partie pour participer au financement de votre achat immobilier. On appelle ça avoir un apport ! Ce que les banques demandent, c’est qu’au minimum vous financiez les frais liés à l’emprunt et l’achat. Vous devez donc avoir au minimum 10% du montant que vous empruntez.

Justifier de revenus mensuels réguliers est un facteur déterminant pour l’obtention d’un prêt immobilier. Cela sécurise la banque sur votre capacité de remboursement. Si vous êtes un jeune actif en début de carrière, mettez en avant vos points forts. Par exemple, insistez sur votre potentiel professionnel. Si vous n’avez pas de gros revenus ou si vos rentrées financières sont irrégulières, insistez sur la stabilité de vos revenus complémentaires ou sur l’ancienneté chez votre employeur.

Diminuez au maximum la durée du prêt
Le risque que prend la banque augmente avec la durée de l’emprunt qu’elle accorde. Pour la rassurer, diminuez au maximum la durée votre prêt. Cette solution s’accompagnera d’une baisse de taux.
Attention, à la signature d’un compromis de vente, vous ne disposerez que de 45 jours pour justifier au vendeur l’obtention de votre crédit immobilier. Il ne faut pas perdre de temps, car, passé ce délai, vous pourriez être contraint de payer des pénalités au vendeur notamment en cas de refus de prêt.

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée